13 Septembre 2017

Congrès national du Parti Québécois : « Les militants ont adopté un plan solide pour le Québec et la circonscription de Richelieu. »

- Sylvain Rochon

Sorel-Tracy, le 13 septembre 2017 – En provenance de tous les coins du Québec, quelque 1 500 délégués du Parti Québécois étaient réunis en congrès, à Montréal, les 8, 9 et 10 septembre derniers, pour y adopter le programme du parti. À l’issue d’un vote de confiance tenu le samedi, le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, a reçu l’appui de 93 % des délégués, témoignage éloquent, pour le député de Richelieu et leader adjoint de l’opposition officielle, Sylvain Rochon, « que le Parti Québécois est uni et, à un an du rendez-vous électoral, gonflé à bloc. »

Une proposition de Richelieu pour des services de proximité

Les délégués ont adopté, au cours de ce congrès, une centaine de propositions. L’une d’elles, présentée par le député de Richelieu, visait à ce que soient assurés, par le gouvernement du Parti Québécois, des services de santé de qualité et de proximité. Elle a reçu un appui unanime. « Nous avons mené, a rappelé monsieur Rochon, toute une bataille pour que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, autorise l'installation, à l'Hôtel-Dieu, d'un bronchoscope payé jusqu'au dernier cent par la fondation de l'établissement. Il est hors de question que nous ayons à revivre ça. »

Le nouveau programme du Parti Québécois : des perspectives emballantes pour la circonscription

Le nouveau programme du Parti Québécois ouvre d’emballantes perspectives pour la circonscription. «  C'est vrai en matière de santé et ce l'est aussi en matière de développement économique, avec notre engagement absolu de faire la lutte aux changements climatique qui annonce, aux entreprises du secteur des énergies vertes, comme nous en avons ici, beaucoup de pain sur la planche », se réjouit le député.

Transports

Comme l’a solennellement affirmé Jean-François Lisée, le Parti Québécois, dans le cadre de sa politique d’électrification des transports, « réalisera notamment un banc d’essai pour le projet de monorail électrique qui pourrait, demain, relier Montréal, Québec et les autres grands centres urbains du Québec. »

PME et achat local

Et, parce que protection de l'environnement et développement économique ne s'opposent pas, le gouvernement du Parti Québécois posera, simultanément à ses actions environnementales, une série de gestes pour favoriser nos PME et l'achat québécois, parmi lesquels un important allégement bureaucratique pour les entreprises qui ont à transiger avec l’État québécois.

Agriculture

La lutte contre l’accaparement des terres par de grands intérêts financiers de même que l’occupation du territoire, particulièrement chers aux agriculteurs, ont été au cœur des délibérations des congressistes. Un gouvernement du Parti Québécois mettra tout en œuvre pour que ces questions soient des priorités.

Éducation

Sous notre gouvernement, la rentrée scolaire ne sera plus l’insoutenable fardeau financier qu’elle est devenue pour les familles du Québec. Une proposition à l’effet qu’une allocation soit versée aux parents pour l'achat du matériel scolaire de base de leurs enfants, du préscolaire au secondaire, et que soit réinstauré le programme de prêt pour l'acquisition de matériel informatique au collégial et à l'université, a été saluée par des applaudissements nourris. « On ne peut pas prétendre à la gratuité de l’éducation primaire et secondaire et, en même temps, charger des frais indirects disproportionnés aux parents pour les fournitures scolaires ou les activités. Nous allons mettre fin à cette pure hypocrisie », s’est indigné Sylvain Rochon.

Langue, culture et identité

La promotion de notre langue, de notre identité et de notre culture, scandaleusement abandonnées par l'actuel gouvernement libéral "provincial", constitue un devoir auquel aucune nation dans le monde ne renonce. «  Il s’agira de l’une de nos priorités gouvernementales, promet le député. Il faut avoir l’assurance que les étudiants francophones ou anglophones qui terminent leurs études ont une bonne maîtrise du français. L’adoption de la loi 202  donnera un nouveau souffle à la loi 101 ».

Un plan solide

Au cours de son congrès, le Parti Québécois s'est enfin doté d'un plan solide pour que notre nation puisse reprendre sa marche aussi légitime qu’essentielle vers la liberté politique et la prospérité pour tous et toutes. D’ici la prochaine élection, en octobre 2018, les Québécoises et les Québécois seront saisis, en maintes occasions, de la coûteuse appartenance du Québec au régime fédéral. « Au cours de notre mandat, les Québécoises et les Québécois ne seront pas conviés à un référendum sur la souveraineté mais ils ne seront pas tenus dans l’ignorance des méfaits du fédéralisme et des avantages que nous aurions à être maîtres chez nous. À compter d’octobre 2018, ils auront surtout et enfin le gouvernement qu’ils méritent, pas celui d’une province comme les autres mais celui d’une nation comme les autres. Je suis très confiant de voir les Richeloises et les Richelois adhérer à ces emballantes perspectives, fermant du coup et à double tour la porte aux visions d’un Québec muet, complexé, un Québec du pétrole et du chacun pour soi, des visions entretenues par la CAQ et les Libéraux », a conclu Sylvain Rochon.