6 Octobre 2017

Sylvain Rochon se réjouit de l’abandon du projet Énergie Est par TransCanada

Sorel-Tracy, le 6 octobre 2017 – Le député de Richelieu à l’Assemblée nationale et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie et de ressources naturelles, Sylvain Rochon, se réjouit de l'abandon du projet de pipeline Énergie-Est par TransCanada. « C'est une excellente nouvelle ! Ce projet de pipeline qui aurait traversé le Québec, pas moins de 65 municipalités et de 860 cours d’eau, pour transporter du bitume de l’Ouest destiné à l’exportation, était une aberration tant sur le plan environnemental que sur celui de l’intégrité de notre territoire. » Il a d’ailleurs rappelé que le Parti Québécois avait été le seul des trois grands partis à s’opposer à ce projet. « Notre parti s’est tenu debout pour défendre haut et fort les intérêts et les droits du Québec, ce que n’ont pas fait le PLQ et la CAQ ! »

Sylvain Rochon a participé lui-même aux activités de mobilisation, aux côtés des citoyennes et des citoyens de Richelieu et de tout le Québec et il continuera à le faire. Il sera d’ailleurs à Québec, demain, pour participer, au nom du Parti Québécois, à la manifestation pour la protection de l'eau potable qui dénoncera les dangers de l’exploitation pétrolière et gazière pour notre santé et la santé de nos cours d’eau. « Nous serons nombreux, j’en suis convaincu, à réclamer le retrait de la loi 106 (adoptée sous bâillon), le respect des engagements de l’Accord de Paris (COP 21) et l’interdiction de l’exploitation des gaz et du pétrole de schiste. »

Tout en reconnaissant que la décision de TransCanada était, en grande partie, une décision d’affaires, Sylvain Rochon a invité la population à ne pas minimiser l’incidence de la lutte citoyenne qui a notamment amené plusieurs maires à prendre position. « Ce refus social, devenu quasi unanime au Québec, grâce aux protestations citoyennes, a certainement contribué à faire reculer TransCanada. »

Le député et porte-parole de l’opposition en matière d’énergie a invité la population à demeurer vigilante, à ne pas baisser la garde. « La bataille pour un Québec plus vert est une lutte de tous les instants qui me tient à cœur comme citoyen, comme député et comme porte-parole en matière d’énergie. Je continuerai donc à réclamer haut et fort le retrait des mauvais règlements adoptés par le gouvernement libéral sur les hydrocarbures, à exiger leur réécriture et l’introduction, dans la nouvelle version, de l'interdiction de la fracturation et autres procédés semblables sur tout le territoire québécois.

« Un gouvernement du Parti Québécois n’aura qu’un principe en tête : défendre les intérêts de la population. Si le PLQ et la CAQ veulent accommoder les compagnies pétrolières et gazières, le Parti Québécois, lui, fait un autre choix. La population s’oppose à la fracturation hydraulique ainsi qu’à tout autre procédé chimique similaire dans le sol. Elle s’inquiète, avec raison, des multiples risques que pose l’industrie des hydrocarbures pour l’eau potable, le climat et la santé publique », a-t-il soutenu.

Aux yeux du député, le PLQ et la CAQ sont bien loin de répondre aux attentes des Québécois. « Les citoyens sont passés outre la vieille économie du XXe siècle; ils réclament une révolution énergétique qui créerait des emplois partout au Québec. Ils souhaitent qu’on transforme notre économie, qu’on innove et qu’on exporte le savoir-faire québécois », a poursuivi le député.

« L’économie verte, la transformation énergétique ainsi que la protection du climat et de l’environnement font partie du bagage politique du Parti Québécois. Ces enjeux guideront nos propositions pour l’élection générale de 2018 », a conclu Sylvain Rochon.