27 Février 2017

Sylvain Rochon se réjouit des gains pour les aînés, les agriculteurs et les petits commerces réalisés grâce au travail de l’opposition officielle.

Sorel-Tracy, le 27 février 2017 – « Au cours du dernier moi, le travail assidu de l’opposition officielle a permis trois gains importants pour la population québécoise », s’est réjoui le député de Richelieu à l’Assemblée nationale, Sylvain Rochon. « Nous avons, comme député, trois rôles, a-t-il rappelé : législateur, contrôleur de l’action gouvernementale et intermédiaire. Dans son rôle de contrôleur de l’action gouvernementale, chaque député a le devoir de s’assurer que les intérêts de la population sont protégés. C’est en jouant ce rôle que mes collègues et moi avons réalisé ces gains pour les aînés, pour les petits commerces, et pour les agriculteurs. »

Un gain pour les aînés

La mobilisation des aînés, soutenue par le Parti Québécois à l’Assemblée nationale a forcé le gouvernement à reculer sur sa décision de rehausser l’âge d’admissibilité du crédit d’impôt en raison de l’âge de 65 à 70 ans. « Nous avions, dès 2015, interpelé le gouvernement quant aux incidences néfastes de cette mesure qui risquait d’appauvrir les plus démunis en leur enlevant ce crédit d’impôt de 500$ », a affirmé Sylvain Rochon. «S’il est possible qu’il faille un jour revoir l’âge de la retraite, puisque les gens vivent plus vieux, il faudra le faire dans le contexte d’une politique globale, qui tient compte de plusieurs facteurs dont le type d’emplois occupés, et surtout, de façon graduelle. »

Un gain pour les agriculteurs

Le Parti Québécois a convaincu le gouvernement de renoncer à son projet de réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA). « Dans ce dossier, nous avons porté les arguments des agriculteurs et fait des propositions au gouvernement. Notre travail a finalement porté ses fruits, puisque les libéraux ont renoncé à l’idée de réformer le PCTFA », s’est félicité Sylvain Rochon.

Un gain pour les dépanneurs des petites municipalités

Le gouvernement est, enfin, revenu sur une décision, difficile à comprendre, de ne plus autoriser les dépanneurs et épiceries de petites municipalités, agissant comme agences de la SAQ, le paiement de leur approvisionnement par carte de crédit. « Le Parti Québécois a questionné le gouvernement à ce sujet et le ministre a fini par se rendre à nos arguments,» a expliqué le député, heureux pour les propriétaires visés. « En plus, nous avons obtenu un engagement positif du gouvernement, pour qu’il exige de la SAQ qu’elle effectue elle-même la livraison aux agences », a-t-il conclu.