Tournée Priorité PME de l’Opposition officielle : Sylvain Rochon et Alain Therrien rencontrent des PME de Richelieu, créatrices de richesse et d’emplois

Sorel-Tracy, le 19 janvier 2018 – Le député de Richelieu à l’Assemblée nationale, Sylvain Rochon, et son collègue de Sanguinet et porte-parole de l’Opposition officielle en matière d’Économie, Alain Therrien, se sont entretenus avec des dirigeants et dirigeantes de PME de la région, mercredi, dans le cadre de la tournée panquébécoise Priorité PME organisée par l’Opposition officielle. Cette tournée, qui sillonne le Québec depuis plusieurs mois, vise à faire le point sur les principaux enjeux auxquels font face les PME, principales créatrices de richesse et d’emplois, et à trouver avec elles les meilleurs moyens de favoriser leur croissance.

« Les PME jouent un rôle crucial dans l’économie du Québec et de chacune de ses régions, a affirmé d’entrée de jeu Sylvain Rochon. Ce sont nos entrepreneurs et nos entrepreneures qui, dans Richelieu, créent la prospérité; et le rôle de l’État est de les soutenir. Une approche qui a toujours été celle du Parti Québécois : travailler localement avec ceux et celles qui portent ces entreprises mais aussi avec les acteurs qui les accompagnent, afin de leur faciliter la vie et de leur ouvrir des portes. »

Alain Therrien a poursuivi dans le même sens. « C’est pour le rôle central qu’occupent les PME dans sa vision du développement économique que Jean-François Lisée, lui-même fils d’entrepreneur, a mis sur pied l’équipe Priorité PME. C’est ainsi qu’avec deux collègues au passé entrepreneurial, Mireille Jean et Martin Ouellet, nous parcourons le Québec pour parler aux hommes et aux femmes à la tête de ces entreprises qui font rouler l’économie, pour comprendre leur réalité et leurs défis, entendre leur vision et en arriver ainsi à mettre en place les pratiques les mieux adaptées et les plus efficaces. »

Comme dans les autres régions, la lourdeur réglementaire et administrative a été pointée comme un frein, non seulement dans le cours normal des activités mais, quand vient le temps de participer à un programme d’aide financière.

La rencontre de Sorel-Tracy, avec la présence, notamment, d’Annie Michaud, vice-présidente aux finances chez Fabspec et de Philippe Caplette, directeur d’usine à CNC Tracy, a permis de mettre en valeur le créneau tout à fait exceptionnel, dans la région, d’entreprises manufacturières du secteur de la métallurgie, de la fabrication et de l’usinage métallique, dont les produits sont notamment destinés au secteur de l’énergie. Des entreprises qui souhaitent voir le gouvernement du Québec démontrer plus d’intérêt à l’égard de l’aspect manufacturier du contenu québécois. « Nous avons, dans la région, des compétences innovantes remarquables dont nous pouvons être fiers et qui constituent un avantage concurrentiel non négligeable », a fait valoir Sylvain Rochon.

« Le respect de la règle de contenu québécois, appliqué au secteur manufacturier, est une croisade que je mène sans relâche auprès du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et du président directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, a insisté le député. Les multinationales s’acquittent trop souvent de leurs obligations à l’égard du contenu québécois en s’en tenant à l’ingénierie pour ensuite confier la fabrication à l’étranger. Il est temps que ça cesse ! Je ne décolère pas de ce contrat accordé par Hydro-Québec à GE pour des composantes d’alternateur que l’entreprise a finalement fait fabriquer dans ses ateliers du Brésil, en même temps qu’elle fermait son atelier électrique de Sorel-Tracy. C’est une perte d’expertise, pour la région et pour le Québec, qui devrait préoccuper sérieusement le gouvernement ! Je vais tout faire pour protéger le seul des ateliers sorelois de GE qui a survécu à sa réorganisation, l’atelier mécanique. »

D’autres enjeux ont été soulevés, ici comme ailleurs, dont la nécessité d’assurer la pérennité des entreprises manufacturières qui ont fait leurs preuves et le besoin d’un soutien aux PME après le démarrage, pour leur permettre de croître et de devenir nos nouveaux fleurons. Alain Therrien s’est dit impressionné par le dynamisme, la créativité et la détermination des entrepreneurs et des entrepreneures rencontrés dans le cadre de la tournée. « Avec toute cette diversité de PME, une diversité de défis ont été soulevés. Ce que je retiens surtout, c’est que ça prend beaucoup d’audace et d’efforts pour démarrer une entreprise et la faire durer. J’estime que le rôle du gouvernement n’est pas d’entraver cette démarche par des exigences réglementaires et administratives excessives, mais au contraire, de donner aux PME tout l’air dont elles ont besoin pour grandir. »

Donnez votre appui à Sylvain Rochon

Pierre Séguin, agent officiel.
Conditions d’utilisation et avis juridique
© 2018